Endurance : Le coup de boost de la spiruline

Pauline

La spiruline est l’alliée des sportifs depuis de nombreux siècles. Utilisée chez les Aztèques par les coursiers de l’empereur Montezuma (environ 1440), cette micro algue permettait de couvrir les 300 km et les 2000m d’altitude séparant le palais des côtes afin d’apporter du poisson frais à la table de l’empereur. La spiruline était donc déjà utilisée comme « EPO naturelle » afin de pouvoir fournir un effort physique intense tout en favorisant l’endurance et la récupération de ces sportifs d’endurance.
Trail, triathlon ou encore VTT, dans les sports d’endurance, l’effort physique se fait sur une longue période, contrairement aux sports explosifs comme le 100m, le lancer de poids ou le saut à ski. Et c’est lors d’efforts prolongés de ce type que les cures de spiruline démontrent le mieux leur efficacité, tant sur la force physique que sur la qualité de la récupération grâce à deux facteurs clés d’une bonne performance en endurance : l’augmentation de la VO2 max et une élimination des lactates facilitée.

Oxygénation et récupération : une histoire de VO2 max

La VO2 max qu’est-ce que c’est ?
Selon l’OMS, la VO2 max est « la capacité de l’organisme à transporter et utiliser l’oxygène au cours d’un effort maximum supposant une contraction dynamique des grands groupes musculaires, par exemple lorsque l’on court ou que l’on fait du vélo ». Pour simplifier, la VO2 max est la consommation maximale en oxygène que le corps utilise par unité de temps lors d’un effort intense. La VO2 max constitue la limite théorique que l’organisme ne peut atteindre, voire dépasser, sans risques. Ainsi quand elle est élevée, le sportif peut aller plus loin, plus haut.
La VO2 max dépend de plusieurs facteurs :

  • de facteurs immuables: la génétique, l’âge, le sexe
  • de la capacité de transport de l’oxygène vers le muscle par le sang que l’on peut moduler

La VO2 max peut donc être améliorée grâce à une complémentation nutritionnelle et micro nutritionnelle adaptée à chaque cas afin de favoriser le transport sanguin d’oxygène. De plus, grâce à l’entrainement il est possible d’augmenter sa VO2 max de 10 à 20%.

Moduler sa VO2 max grâce à la spiruline
La phycocyanine est le pigment majeur de la spiruline, qui lui confère sa couleur bleutée. Il a une structure chimique très proche de l’érythropoïétine (EPO), le cœur du globule rouge. Seul un atome central diffère entre ces deux molécules, mais en périphérie leurs structures et donc leurs comportements face à d’autres molécules comme l’oxygène sont semblables. Ainsi lors d’exercices d’endurance, qui demandent un travail musculaire en présence d’oxygène (aérobiose), la prise de phycocyanine aura un effet favorable sur le transport d’oxygène et donc sur la récupération.

Eliminer les lactates

Les lactates : qu’est-ce que c’est ?
Les lactates, ou acide lactique, sont les « déchets » produits par la contraction musculaire lors de la production d’énergie durant les sports d’endurance, qui nécessitent l’activation de nombreuses voies métaboliques particulières pour leur élimination. Ce sont ces lactates qui s’accumulent dans les muscles et qui entrainent raideur, fatigue et crampes musculaires. Ces manifestations sont pour tout le monde un souvenir douloureux qui accompagne généralement la reprise de l’activité sportive, un effort trop long par rapport à son niveau d’entrainement ou un exercice trop intense ! Notre récupération, dépend alors de notre capacité à recycler ces déchets.

La spiruline pour accélérer l’élimination des lactates
Observé après 2h de course à pied dans le cadre de l’étude Kalafati de 2010, une supplémentation en spiruline permet d’augmenter significativement la performance lors de l’exercice et de moduler bénéfiquement de nombreux paramètres sanguins liés à cette performance. Mais, au-delà de ce gain en performance, elle permet, grâce à l’apport important en oligo éléments, minéraux basifiants (magnésium, calcium, vitamine D) et en enzymes naturellement contenus dans la spiruline, de tamponner l’acidité des lactates. Des études mettent en évidence les capacités de diminution des lésions musculaires grâce à la présence de dérivés de phycocyanine présents dans la spiruline (Lu, 2006). Cet apport permet notamment de stimuler la lactate deshydrogénase, une enzyme qui permet de résorber le lactates au niveau hépatique et de les transformer en énergie utilisable par les cellules, l’ATP.

Conclusion :
Tout sportif d’endurance a donc, dans un contexte de recherche de performance, tout intérêt à consommer de la phycocyanine. L’Élixir de spiruline est un excellent choix auquel peut s’ajouter de la spiruline sèche pour optimiser la santé générale, le regain d’énergie et favoriser la prise de masse musculaire.
Avant de choisir une spiruline, vérifiez tout de même la qualité de celle-ci et faites le tri grâce à votre guide Spiruline : 10 conseils pour faire le bon choix. Toutes les spirulines ne sont pas équivalentes !

Article mis en ligne le 15 mai 2017 et mis à jour le 22 février 2018.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *