Le programme de récupération de Lawrence Laughery

Brenda

Une belle rencontre !

Trail runner et éducateur social, Lawrence Laughery a rejoint notre team ambassadeur cette année !

Récemment blessé, il nous raconte son parcours et son programme de récupération.

 

Algorigin : Raconte-nous ton histoire, d’où viens-tu ?

Lawrence : D’origine américaine, je suis né à Vevey et j’ai grandi à Villars-sur-Ollon dans le canton de Vaud. Mes parents nous ont élevés, mes frères et moi, dans un cadre idyllique pour la pratique des activités en plein air. Depuis mon plus jeune âge, je me sens à l’aise avec les sentiers techniques de la montagne. A l’adolescence, je prends du recul par rapport au sport et à la nature pour y revenir quelques années plus tard lorsqu’un manque s’installe en moi. Il y a quatre ans, je me remets gentiment à la course à pied et je découvre deux ans plus tard la discipline du « trail running ». Aujourd’hui, je fais partie de l’équipe Suisse Compressport.

 

A : Quels sont les traits de personnalité ou les capacités physiques les plus importants pour un trailer, selon toi ?

L : Le trail est une discipline passionnante, exigeante et stratégique. Elle est ouverte à toutes personnes souhaitant vivre une aventure et repousser ses limites. Or, il y a des éléments importants à connaître avant de s’élancer. Il faut aimer se retrouver parfois seul et avoir la volonté de se battre avec soi-même. Réussir à lier nos capacités physiques et notre mental est un challenge et demande une connaissance profonde de soi. Un bon entraînement et une force musculaire nous amène loin mais un mental d’acier nous amènera encore plus loin. Connaître ses forces, ses faiblesses et ses besoins en matière de nutrition permet une stratégie optimale pour réussir sa course. Il va de soi que l’amour pour la montagne, la nature et le respect des bénévoles ainsi que de nos concurrents fait partie de l’esprit traileur.

 

A : Tu as récemment eu un accident, est ce que tu souhaiterais nous en parler ?

L : Lors d’un entraînement sortie longue, j’ai trébuché en descente et je me suis rattrapé avec la jambe droite en extension. Je suis resté une bonne demi-heure en attendant les premiers secours. Je me suis fracturé le péroné, le plateau tibial mais j’ai sauvé mes ligaments croisés. Rapidement, ils m’ont opéré et inséré une plaque avec vis afin de redresser le tibia et le remettre à sa bonne hauteur. Je dois mettre fin à ma saison 2019 et attendre septembre pour pouvoir attaquer à nouveau les sentiers.

 

A : Est-ce que tu peux nous parler de ta récupération ? Qu’est-ce que tu fais pour te remettre au plus vite en forme ?

L : Une des premières choses à laquelle j’ai pensé pour une récupération optimale, est ma nutrition. Je connais le pouvoir des aliments et avec ma nutritionniste, nous avons établi un plan de récupération avec les aliments à privilégier. Je fais appel à la micro nutrition d’Algorigin pour compléter ce programme. Je fais une cure d’AFA Klamath, connue pour réparer l’organisme en libérant des cellules souches. Je continue à prendre de la Spiruline et une cure d’Elixir de Spiruline pour un regain d’énergie. Je me repose beaucoup, j’accepte la blessure, je digère et j’avance comme je peux. La blessure est une aventure parallèle à une course : je me réjouis de franchir la ligne d’arrivée mais je vais retenir le voyage vécu depuis que j’ai quitté la ligne de départ. C’est l’ascenseur émotionnel, il y a des hauts et des bas, de la joie et de la frustration mais j’avance toujours, le moral est présent.

 

A : As-tu ressenti les effets des algues ?

L : Cela fait plus d’une année que je complète mon alimentation avec les algues Algorigin. Or, je faisais de manière aléatoire au début et me prise n’était pas très régulière.  Depuis que j’ai rencontré Pauline Nouvellet, la micronutrtionniste Algorigin, j’ai un plan détaillé avec les algues à privilégier avant, pendant et après l’effort. Je me sens aujourd’hui plus énergique, plus alerte et la récupération est plus courte. Il est important de se souvenir que la complémentation alimentaire ne remplace pas une bonne alimentation de base.

 

A : Comment as-tu connu Algorigin ?

L : J’ai connu Algorigin grâce à Diego Pazos, ultra traileur Suisse. Je connaissais déjà les vertus de la spiruline mais celle que je prenais auparavant n’était pas de si bonne qualité. Je cherchais surtout une marque suisse, respectueuse de l’environnement et j’ai trouvé mon bonheur avec Algorigin. L’équipe est top et nous partageons des valeurs communes !

 

A : Qu’as-tu envie de faire passer comme messages aux sportifs qui ne connaissent pas encore Algorigin?

L : Lorsque je discute avec d’autres sportifs de la complémentation en algues, on me répond régulièrement : « je préfère bien manger et me nourrir correctement pour ne pas avoir à prendre des compléments alimentaires ». Je comprends ce schéma de pensée et j’y adhère complètement. Or, nous sommes arrivés à un stade où cela ne suffit pas. Nos terres agricoles produisent des aliments avec un apport nutritif moins riche (en fer, magnésium, acides aminés, vitamines D, oméga 3 etc). La méthode de production joue aussi un rôle déterminant dans la qualité des produits. La complémentation alimentaire naturelle est une réponse à cette problématique. Cela va au-delà de la performance sportive, c’est donner à son corps ce dont il a besoin. C’est naturel, ce n’est pas du dopage et aucune addiction ne se créée.

En savoir plus sur Lawrence Laughery :

– Son âge : 27 ans
– Nationalité : Suisse
– Sport : Trail

– Toi en 3 mots : Déterminé, grand cœur et consciencieux

– Famille : Deux frères, Vincent 31 ans et Alexandre 30 ans. Gregory et Elisabeth, mes parents.

Lawrence Laughery, photo, algorigin, trail

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *