Bien vieillir : la prévention par les algues

Pauline

L’avancé en âge se traduit par le vieillissement de notre organisme. Au niveau cellulaire on parle d’oxydation. Certains facteurs peuvent accélérer ce vieillissement cellulaire, tels que la pratique intensive d’un sport, un environnement de vie pollué ou stressant, une mauvaise alimentation…

Les compléments alimentaires à base d’algues permettent de retarder ce processus grâce à leur richesse en anti oxydants.

 

L’algue DHA omega 3 pour une protection cérébrale optimale

 

Le vieillissement cérébral qui favorise la précocité de l’apparition de maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer s’accompagne d’une diminution de la teneur en oméga 3 et d’une augmentation des molécules pro-inflammatoire. [1] Cet effet a clairement été démontré par la science.

Aussi, il est indispensable d’augmenter les apports quotidiens en oméga 3, afin de bénéficier des propriétés anti inflammatoires et anti oxydantes de cette molécule indispensable pour bien vieillir.

La synthèse par l’organisme de DHA est possible, cependant, beaucoup de facteur, dont l’âge, limitent leur fabrication. Il est donc important de consommer de la DHA que l’on trouve dans les poissons gras et dans alimentation animale nourrie à base de graines riches en omégas 3.

Bonne nouvelle pour les végétariens et végétaliens, il existe une alternative 100% végétale grâce à l’algue Schizochytrium sp. surnommée l’algue DHA, qui offre un apport optimal d’Omega 3 DHA. C’est une bonne nouvelle également pour toutes les personnes soucieuses de préserver les ressources marines. Elles ont le choix de se ressourcer en Omega 3 DHA végétal en harmonie avec la nature.

 

L’astaxanthine, un antioxydant naturel hors du commun

 

L’astaxanthine est un pigment rouge produit par l’algue Heamatococcus pluvialis.  Le pouvoir antioxydant de l’astaxanthine est reconnu.

Grâce à l’astaxanthine, cette algue peut survivre pendant plus de 30 ans à la sécheresse, et nombreuses études menées sur ce pigment hors du commun montrent une capacité antioxydante 6000 fois supérieure à celle de la vitamine C.

L’antioxydant de choix pour la santé cérébrale et oculaire

 

Le cerveau et les yeux font partie des organes les plus sensibles à l’oxydation et donc au vieillissement cellulaire. Les écrans, les UV, le stress et le vieillissement physiologique ne les épargnent pas. L’astaxanthine est un des rares antioxydants naturels capables de passer la barrière qui entourent ces organes pour les protéger.

L’astaxanthine est particulièrement conseillée pour préserver les capacités cognitives et visuelles et limiter l’apparition de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

 

L’allié de votre santé cardiovasculaire

 

L’oxydation est connue pour être l’un des facteurs de risque des accidents cardiovasculaires. En effet, le cholestérol oxydé est responsable de l’accumulation de graisses sur la membrane de artères. Cette accumulation peut induire des pathologies de type infarctus du myocarde.

L’astaxanthine est donc à envisager sérieusement dans l’optique d’une prévention primaire ou secondaire du risque cardiovasculaire et ce d’autant plus si votre mode de vie est pro oxydant.

Un antioxydant naturel qui protège votre peau

 

L’astaxanthine permet également d’optimiser vos défenses contre les agressions solaires en  retardant l’apparition des coups de soleils. Bien évidemment, elle ne peut en aucun cas se substituer à l’utilisation de crèmes solaires, totalement indispensables en cas d’exposition. Elle permet aussi de retarder l’apparition et d’atténuer les signes de vieillissement de la peau : ridules, rides, tâches…

 

Les progrès de la médecine et l’évolution sociétale ont modifié nos priorités. Aujourd’hui, il ne s’agit plus seulement de vivre longtemps, mais aussi de vivre en bonne santé.  Les algues et micro algues comme l’Algue omega 3 DHA et l’Astaxanthine sont des solutions naturelles et efficaces pour vous accompagner dans ce défi.

Nos micronutritionistes sont disponibles par téléphone ou par messagerie pour vous aider à choisir votre complémentation.


[1] Pallet V., Layé S. : Nutrition lipidique et déclin cognitif lié à l’âge, pour un bien vieillir du cerveau, Innovations Agronomiques 33 (2013), 47-67

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *